Orléans & son AgglO

Budget 2019 d’Orléans Métropole

Orléans Métropole vient de voter son budget pour 2019. 578M€ au service du développement et de la compétitivité du territoire, et trois projets majeurs : l’accompagnement de l’enseignement supérieur, le démarrage de CO’Met et le déploiement du transport public urbain décarboné.

Ce budget 2019 annonce la couleur : « l’affirmation de l’ambition métropolitaine ». « Il faut être ambitieux pour le territoire, explique Michel Martin, vice-président d’Orléans Métropole, en charge des Finances, mais le budget doit être tenu, sans hausse de la fiscalité et en maîtrisant les dépenses de fonctionnement », dans le respect de la contractualisation financière avec l’Etat qui plafonne leur évolution à 1,2%. L’équation n’est pas simple mais les pistes sont clairement identifiées. « En plus des bus qui démarrent à l’heure et de l’eau qui coule dans les tuyaux, il faut développer les projets qui permettent à la Métropole d’être attractive et de se développer », insiste Olivier Carré, maire d’Orléans et président d’Orléans Métropole.

Budget 2019 : 578,5 M€ :

Le budget 2019 s’élève à 578 M€, dont 431 consacrés aux projets et actions. La mobilité et les transports représentent la part la plus importante : 138,1 M€, suivis de la gestion des déchets et de l’espace public (voirie, espaces verts, propreté) : 102,1 M€, de tout ce qui participe de l’attractivité du territoire (enseignement supérieur, aménagement économique, tourisme…) : 67,9 M€, et du développement durable (assainissement, eau, environnement) : 57,7 M€.

Pour financer ces projets et actions, 96 M€ proviennent des tarifications diverses (ce que nous payons, par exemple pour l’eau, l’assainissement, les transports…), 58 M€ des impôts, 35 M€ des subventions reçues et 79 M€ de dotations de l’Etat. Auxquels s’ajoutent - et ce n’est pas négligeable – les 142 M€ payés par les entreprises, partenaires majeurs du développement et du rayonnement de la métropole.

Qui finance la Métropole ?

CO’Met, projet phare du territoire réunissant une salle de sports, un palais des congrès, un parc des expos, à proximité du Zénith d’Orléans, sera d’ailleurs l’un des outils de cette croissance ces prochaines années. Il contribuera à faire de l’Orléanais un territoire capable d’accueillir de grands événements nationaux pour lesquels elle est régulièrement sollicitée. D’autres grands projets y concourent comme Interives ou le futur Parc de Loire.

CO’Met, projet phare du territoire

Coup de pouce à l’enseignement supérieur

Dans le même ordre d’idée, « il fait aider l’enseignement supérieur, constate Olivier Carré, pour qu’Orléans ait une offre de formations élargie dans les domaines correspondant à la demande des entreprises locales » comme la cosmétique, l’environnement, la recherche, les travaux publics et le bâtiment… Trois grandes écoles, publiques et privées, viennent d’annoncer leur arrivée : ISC Paris en 2019 (commerce et management), puis AgroParis Tech (domaine du vivant et de l’environnement) et ESTP (travaux publics) en 2020. Orléans Métropole va les y aider à hauteur de 20 M€ qui seront investis notamment dans la réhabilitation de l’ancien collège Anatole-Bailly, rue Jeanne d’Arc (2 des 3 écoles vont y installer leurs campus : ISC Paris et ESTP).

Ces écoles de renom, liées à des universités et laboratoires de recherche du monde entier, participeront au rayonnement de la métropole et inciteront nos bacheliers à rester sur le territoire. « Parallèlement, ajoute Olivier Carré, le site porte Madeleine est un projet public universitaire magnifique que nous poursuivons ».

Signature du protocole d’entente avec les 3 grandes écoles retenues à l’issue de l’appel à manifestation d’intérêt

Transport propre pour tous, et à la demande

Moins de CO2, moins de bruit et plus de service à la demande : Orléans Métropole veut profiter des innovations technologiques pour rendre ses déplacements propres et adaptés aux besoins de mobilité de chacun. Comment ? Près de 40 M€ sont inscrits au budget 2019 pour construire les sites de recharge dont les bus électriques auront bientôt besoin. « L’objectif est de passer au tout électrique dans les prochaines années mais aussi et surtout, de développer le transport à la demande dans les zones peu denses », explique Olivier Carré.

Orléans Métropole, qui vient de reconduire la gestion de ses transports publics à Kéolis, mise aussi sur le renforcement des lignes les plus fréquentées, le déploiement du paiement par carte à bord ou encore le doublement des moyens sur les services TPMR. « Il faut tout mettre en œuvre pour être attractif, insiste Olivier Carré, pour soutenir la croissance démographique et faire en sorte que les gens aient envie de rester chez nous ».

Les principaux investissements pour 2019

  • Transport – projet électrification du réseau bus : 38,7 M€
  • Gestion de l’espace public et des voiries communales : 34,2 M€
  • Implantation écoles d’enseignement supérieur : 18,6 M€
  • Transports – reprise du parc initial au délégataire sortant (Keolis) : 11,7 M€
  • Gestion de l’espace public et des voiries métropolitaines : 9,4 M€
  • Transport – investissement sur le réseau en exploitation : 9,4 M€
  • Réserves foncières : 5,9 M€ (dont Alstom pour 5 M€)
  • Assainissement – travaux structurants : 5,8 M€
  • Opérations de restauration immobilière : 5 M€
  • Eau – travaux de construction de l’usine de décarbonatation Saint-Jean de Braye : 4,7 M€
  • CO’Met – travaux aménagement et accessibilité du site : 4,5 M€
  • Transports – création de la station CO’Met : 4,2 M€
  • Achat et travaux locaux du Nouvel Office de tourisme place du Martroi : 3,2 M€
  • Travaux projet Loire – trame verte : 3,1 M€
  • Transports – Dernière tranche rénovation Ligne A du tram : 3 M€
  • ANRU 2 : 1,7 M€
  • Transports – Création station tram du Larry : 1 M€