Orléans & son AgglO

La qualité de l'eau que nous buvons au robinet dans la métropole orléanaise est régulièrement contrôlée en tous les points du réseau de distribution. Et comme l'eau est une ressource précieuse, Orléans Métropole veille aussi à sa protection.

Nouvelle gestion du service

En raison du changement de statut de notre territoire, Orléans Métropole se substitue aux services d’eau potable des communes (11 gérés en régie, 11 en délégation de service public). Ce qui ne remet en rien en cause ce principe fondamental : permettre à tout habitant d’accéder à une eau potable de qualité, à un coût acceptable.

Mais cette eau, d’où provient-elle ? De deux ressources souterraines : la nappe de Beauce et la nappe alluviale. On compte 30 captages actifs répartis sur 17 communes, qui font l’objet de mesures de protection contre les pollutions diffuses. À proximité de ces forages, on trouve également des unités de traitement chargées d’adoucir et de désinfecter l’eau. Puis 35 ouvrages pour stocker l’eau avant distribution.

C’est l’Agence régionale de santé (ARS) qui est chargée d’assurer le contrôle réglementaire de l’eau potable, à la source, au point de mise en distribution et au robinet. Pour exemple en 2018, l’ARS a réalisé 1 392 analyses réglementaires de l’eau sur l’ensemble du territoire, dont un peu plus d’un tiers uniquement sur le réseau d’eau potable de la ville d’Orléans.

Chiffres clés 2018

  • 22 communes gérées dont la moitié en régie et 3 délégataires différents sur les 11 autres
  • 35 réservoirs pour une capacité totale de 117 900 m3
  • 83 288 abonnés
  • 1 512 kms de réseau 
  • 18 416 020 m3 d’eau produite  
  • 15 899 492 m3 d’eau consommée
  • 30 forages actifs