Orléans & son AgglO

Qualité de l'air

Informations pratiques sur la qualité de l'air extérieur dans la métropole orléanaise

Qui surveille et comment ?

La surveillance de la qualité de l’air extérieur et la communication sont assurées par Lig’Air, association agréée pour la surveillance de la qualité de l’air en région Centre-Val de Loire.

Des stations de surveillance en continu

La Métropole orléanaise est équipée de 4 stations de mesures en continu : une station trafic automobile à Orléans, deux stations urbaines à Saint-Jean-de-Braye et Orléans et une station périurbaine à Marigny-les-Usages.

Indice de qualité de l’air

L’indice Atmo est un indicateur journalier de la qualité de l’air. Son échelle varie de 1 à 10 (air très sain à très forte pollution atmosphérique). Il est calculé à partir des concentrations d'ozone (O3), de dioxyde de soufre (SO2) et de dioxyde d'azote (NO2), ainsi que les concentrations de particules fines (PM10), mesurées durant 24 heures.

Quel air je respire ?

Pour connaitre la qualité de l’air dans la Métropole, connaître les différents polluants et leur évolution : rendez-vous sur le site de Lig’Air  www.ligair.fr

Pour suivre au quotidien l’indice Atmo de la Métropole et être informé des alertes « pollution de l’air » : service sentimail de Lig’Air et aussi https://air.plumelabs.com/fr/live/orleans

Bilan qualité de l’air sur la Métropole en 2016

Les indices Atmo « très bon à bon » (indices 1 à 4) ont été observés 85% de l’année (contre 75% en 2015 et 79% en 2014) ; les indices « mauvais à très mauvais » (indices 8 à 10) ont été relevés 5 jours, durant les périodes de pollution de mars et décembre, dues aux particules PM10.

D’une manière générale :

  • des niveaux de dioxyde d’azote très proches de ceux de 2015 ; pour mémoire, les niveaux de dioxyde d’azote ont baissé de 25% entre 2009 et 2015,
  • des moyennes annuelles en particules PM10 plus basses qu’en 2015,
  • de même que des concentrations moyennes d’ozone. 

Le seuil d’information a été dépassé 10 jours à la station trafic d’Orléans et ce pour les particules PM10, (8 en 2015 et 9 en 2014). Ces épisodes de pollution étaient majoritairement généralisés sur l’ensemble de la région et ont eu lieu lors de conditions anticycloniques froides, peu propices à la dispersion des polluants issus des chauffages, des véhicules et de l’agriculture.

En cas de pic de pollution comment ça marche ?

Un épisode de pollution est une période au cours de laquelle la concentration d'un ou plusieurs polluants atmosphériques est ou risque d'être supérieure aux seuils définis par la législation.

Lig’Air a également pour mission d’alerter les pouvoirs publics sur les dépassements des seuils de pollution.

En fonction des prévisions nationales PREVAIR http://www.prevair.org/ , des données locales et des prévisions régionales, des connaissances et expertises sur le comportement des polluants, des prévisions météorologiques, Lig’Air informe la Préfecture d’un possible dépassement.

Le Préfet déclenche l’information auprès des Mairies et rappelle les  recommandations, propres à chaque  secteur (résidentiel, transports, agriculture, industrie), visant à réduire les émissions.

Les Mairies ont pour rôle :

  • d’informer, et relayer les mesures spécifiques aux populations sensibles, comme la limitation des activités physiques et sportives intenses,
  • de relayer les recommandations ou mesures opérationnelles visant à réduire voire éviter les émissions polluantes et limiter l’exposition des personnes.

Un nouvel arrêté préfectoral vient d’être signé précisant les modalités des procédures d’information et d’alerte. Il introduit dans les mesures réglementaires optionnelles la mise en place de la circulation différentiée sur la base des certificats qualité de l’air Crit’Air. En savoir plus sur la vignette Crit’Air.

Les enjeux sanitaires

La pollution de l’air affecte l’ensemble de la population, dès les plus faibles niveaux de pollution. Ce ne sont pas les pics de pollutions qui entraînent les décès, mais bien l’exposition à long terme à un niveau de pollution modérée.

La Commission Européenne estime ainsi qu’en France, 42 000 décès prématurés annuels sont imputables à la pollution de l’air par les particules en suspension.

L’impact en région Centre-Val de Loire a été estimé pour les habitants des agglomérations orléanaise et tourangelle par la Cellule de l'InVS en région Centre-Val de Loire (CIRE).

Télécharger : évaluation de l’impact sanitaire de la pollution atmosphérique urbaine dans l’agglomération d’Orléans, 2008-2010

Comment améliorer la qualité de l'air ?

Un Plan de Protection de l’Atmosphère (PPA) pour réduire la pollution et le nombre de personnes exposées

Orléans Métropole dispose d’un Plan de Protection de l’Atmosphère, qui  définit objectifs et actions à mettre en œuvre, pour  ramener les niveaux de concentrations en polluants à un niveau inférieur aux valeurs limites et réduire le nombre de personnes exposées à des concentrations élevées.

Le PPA comporte 23 actions pérennes, portant sur les secteurs des transports, de l’industrie, de l’habitat et de l’agriculture, et 1 action temporaire, en cas de pics de pollution. Les 23 actions pérennes sont de natures diverses (sectorielle, incitative, communication et sensibilisation et amélioration des connaissances).

Télécharger : plan de Protection de l’Atmosphère de l’agglomération orléanaise