Orléans & son AgglO

Développer la culture de l’alimentation pour lutter contre le gaspillage alimentaire

Au niveau local, le gaspillage est toujours visible dans les poubelles ménagères, ce qui devrait inciter de plus en plus d’acteurs à s’emparer du sujet.

Depuis l’étude menée par l’Ademe en 2016, les grands chiffres du gaspillage alimentaire en France sont posés :

  • 10 millions de tonnes d’aliments sont gaspillés chaque année en France
  • On estime que cela représente 16 milliards d’euros de pertes économiques
  • Et que cela génère près de 15.3 millions de tonnes de CO2 rejetés dans l’air

Les premières actions ont été consacrées à la sensibilisation du grand public à travers une communication sur les gestes anti-gaspi : évaluer ses besoins avant de planifier ses achats, ses menus, bien ranger son frigo, décoder les dates de préemption, recycler les petits restes, etc….

Si ces conseils sont toujours pertinents, d’autres modes d’actions méritent d’être activés selon les spécialistes ⃰ :

  • Développer notre culture de l’alimentation pour redonner de la valeur à ce que nous mangeons. Enjeu : reconquérir des connaissances théoriques (redécouverte des aliments, des terroirs, de leur histoire etc….) et appliquées (jardinage, cuisine, rencontres avec les acteurs de la chaîne alimentaire) sur nos aliments
  • Consacrer plus de temps aux repas pour renouer avec le plaisir de manger et de partager car manger n’est pas qu’ingérer des calories. L’acte de manger a aussi une très forte dimension identitaire et sociale.

Les enfants devraient être en première ligne de ces actions. Cela ouvre de larges perspectives pour les parents, les enseignants, les éducateurs et les acteurs de la restauration collective scolaire.

réinscrire la question alimentaire dans les politiques locales avec l'objectif de  : construire des systèmes alimentaires plus durables. Sur ce point les collectivités locales ont des leviers d’action intéressants : préservation du foncier agricole, aides à l’installation de producteurs en circuits courts, inclusion de clauses anti-gaspi dans les marchés publics, création des marchés de gros locaux etc... L’enjeu est d’aboutir à la définition d’une véritable stratégie alimentaire locale, c’est le sens des Programmes Alimentaires Territoriaux (PAT).

* Eric Birlouez et Nicolas Bricas, tous deux intervenants du MOOC consacré au gaspillage alimentaire début 2018 (plateforme FUN)