Orléans & son AgglO

Les accidents domestiques : tous concernés

Les accidents domestiques sont responsables de 12 000 décès par an, soit 4 fois plus que les accidents de la route ! Leurs noms de code sont : chutes, brûlures, incendies, intoxications… Ces tueurs silencieux nous ciblent tous. Est-ce une fatalité ou pouvons-nous dire stop ?

Pour se donner les moyens d’agir, essayons de comprendre

Accident domestique : la définition

Les statistiques classent les accidents par types : circulation, travail, vie courante. Les accidents de la vie courante (AcVC) sont ensuite répertoriés en sous-groupes en fonction de l'activité, du lieu où ils se produisent

  • les accidents domestiques : à la maison ou dans ses abords immédiats : jardin, cour, garage et autres dépendances, 
  • les accidents à l'extérieur : dans un magasin, sur un trottoir, à proximité du domicile, etc. 
  • les accidents scolaires, incluent les accidents lors du trajet, durant les heures d'éducation physique et dans les locaux scolaires,
  • les accidents de sport,
  • les accidents de vacances et de loisirs.

Quelques chiffres pour nous motiver à agir :

  • Les accidents de la vie courante sont à l’origine de 5 millions de recours aux urgences, plusieurs centaines de milliers d’hospitalisations, et plus de 20 000 décès en France chaque année.
  • 60% des accidents de la vie courante sont des accidents domestiques,
  • La moitié des accidents chez les plus de 65 ans sont des chutes, voire même 80% chez les plus de 75 ans.
  • Ces chutes provoquent 50 000 fractures du col du fémur,
  • Outre les marques physiques, les chutes laissent des traces psychologiques, une peur nommée syndrome post-chute. Ce mécanisme est à l’origine d’un repli sur soi, d’une perte d’autonomie, d’un isolement social, d’une surmortalité dans l’année suivante.
  • Le jardin et le bricolage génèrent 300 000 passages aux urgences chaque année et parfois des séquelles très lourdes, tous âges confondus.

Pourtant le domicile n’est pas considéré comme un lieu dangereux pour nombre d’entre nous ! Est-ce la force de l’habitude qui nous fait prendre des risques inutiles… Qui n’est jamais monté sur une chaise pour attraper un objet, alors que l’escabeau était à portée de main ?

Agissons

Sécuriser son lieu de vie, éviter de se mettre en danger :

Tout naturellement lors de l’arrivée des enfants, on modifie l’environnement de la maison pour limiter les dangers (caches prises, coins protecteurs, fermeture des placards contenant les médicaments et les produits d’entretien, retrait des plantes toxiques…) puis on relâche notre attention s’estimant certainement moins vulnérables…

Toutefois, on sait que les capacités physiques tendent à diminuer en avançant dans l’âge, surtout quand on délaisse les activités physiques. Est–on sûr que notre le lieu de vie est toujours adapté ? Repenser l’environnement en fonction des besoins et des capacités, prendre un peu de temps pour regarder et se poser des questions, identifier les dangers potentiels, cela peut avoir du sens finalement.

Repérer les risques principaux et les écarter par des solutions simples à mettre en œuvre :

Les chutes

  • Penser à un revêtement antidérapant pour la cuisine et la salle d'eau, notamment dans la baignoire et la douche,
  • Se méfier quand il a plu aux abords : terrasse, cheminement carrelé,
  • Fixer les tapis au sol
  • Nettoyer rapidement tout débordement d'eau, de produits gras au sol,
  • Préférer des semelles antidérapantes pour vos chaussures ou chaussons....
  • Utiliser un escabeau stable, norme NF, pour les accès en hauteur,
  • Monter avec des chaussures tenant bien aux pieds,
  • Attendre la présence d’une autre personne pour : sécuriser notamment si le sol n’est pas régulier, éviter d’avoir les mains encombrées et ne pas pouvoir vous tenir,
  • Tenir la rampe dans l’escalier,
  • Revoir le rangement des placards : ranger par fréquence d’utilisation de l’objet et vos capacités physiques, placer les objets lourds en bas, de préférence
  • Aménager les pièces pour faciliter les déplacements. Les meubles ne sont pas des appuis sûrs,
  • Attention aux différences de hauteurs du sol : porte fenêtre, seuil de porte... Marquer l’obstacle d’une autre couleur pour le voir, éviter les tapis épais,
  • Fixer les fils électriques aux plinthes, s’il n’est pas possible de les éviter,
  • Ranger les outils après le ménage, le jardinage, le bricolage et les jouets de vos petits-enfants ou de vos animaux de compagnie
  • Avec l’âge, il faut plus d’éclairage pour bien voir. Eviter les zones d’ombre, multiplier les points lumineux,
  • Penser aux détecteurs de mouvements faciliter le cheminement surtout la nuit
  • Mettre des barres d’appuis pour vous aider, utiliser une canne, un déambulateur si besoin,
  • Parlez-en avec votre médecin, faites un bilan visuel, auditif, nutritionnel, médicamenteux…
  • Participer aux ateliers « équilibre » proposés par les associations pour vous sécuriser et reprendre de la force musculaire

La prévention des chutes, et si on en parlait ?

Les brûlures

  • L’eau chaude à la sortie du robinet ou de la douche : s’équiper de mitigeurs et de robinets thermostatiques, à défaut, faire couler l’eau froide puis introduire de l’eau chaude doucement,
  • Faire vérifier le réglage de température à la sortie de votre production d’eau chaude,
  • Tourner les manches des casseroles vers l’intérieur de la plaque de cuisson,
  • Lors du transport du liquide, utiliser des maniques ou des gants anti-chaleur,
  • Utiliser une bouilloire pour chauffer de l’eau du thé, … 
  • Les barbecues sont responsables de nombreuses brûlures : ne rajouter jamais de produit inflammable au cours de la cuisson,
  • Attention aux projections d’huiles : friteuses, cuisson,
  • Aérosol, tissus à proximité des flammes = danger,
  • Préférer des allumettes longues ou des allume-gaz,
  • Si vous flambez un plat, ne pas mettre en route la hotte aspirante,
  • Prudence pour alimenter la cheminée ou l’insert
  • Le fer à repasser, les plaques électriques, la porte du four,
  • La surcharge de fils électriques peut provoquer des flammes et des brûlures électriques.
  • Acheter le matériel avec la norme NF par sécurité,
  • Les produits chimiques provoquent aussi des brûlures, bien lire la notice avant utilisation, mettre les protections adaptées, apprendre à reconnaitre les symboles
  • Pas de bougies sans surveillance,
  • Le chauffage d’appoint = uniquement en votre présence éveillée,
  • Vérifier que le détecteur de fumée soit opérationnel,
  • Ne pas ranger des produits avec des symboles de flammes et d'explosifs auprès de la source de flammes

Les blessures

  • Le verre brisé coupe bien, mais le métal des boîtes de conserve aussi,
  • Attention aux lames de couteaux lors du lavage et du rangement,
  • Arrêter la tondeuse avant de toucher à la lame,
  • Débrancher dès l’arrêt la scie électrique, le taille-haie, même le couteau de cuisine,
  • Mettre des gants pour composer des bouquets de roses, d’épineux ou les tailler,
  • Votre vaccination antitétanique est-elle à jour (45 ans, 65 ans et tous les 10ans) ? 
  • Les guêpes, abeilles, frelons, bourdons… peuvent provoquer des réactions graves chez les personnes allergiques à ces venins, ou en cas de nombreuses piqures (20 chez l’adulte, 4-5 chez l'enfant),
    En cas de manifestations autre que la douleur locale de la piqure, contacter le 15 pour avis,
  • Les animaux domestiques (chiens, chats, rongeurs) sont responsables de plusieurs centaines de milliers de morsures en France chaque année.

Les intoxications, les inhalations et suffocations

  • Des plantes sont toxiques tant dans l’appartement que dans la nature :
    laver vous les mains après les avoir touché,
    ne manger que les baies que vous connaissez bien,
  • Les champignons peuvent se ressembler, soyez attentifs, prenez l’avis d’un expert (pharmacien..),
  • Ne pas transvaser les produits ménagers dans des bouteilles de boissons,
  • Laisser chaque médicament dans son emballage, cela évite les confusions, les surdosages, les mésusages,
  • Attention aux dates de péremptions des produits frais, vérifier la température et la propreté de votre réfrigérateur.
  • Les produits ménagers sont des produits chimiques, ne pas les mélanger, ils produisent des vapeurs toxiques,
  • Le monoxyde de carbone est un gaz mortel, inodore et incolore. Il est lié à la mauvaise combustion. Malheureusement 100 personnes en perdent la vie chaque année,
  • Ne pas boucher les aérateurs des fenêtres, faire vérifier les appareils chaque année, penser au ramonage des conduits,
  • Augmentation importante du risque de suffocation chez les plus de 75 ans, en lien avec les maladies du système nerveux,
  • Le risque de noyade augmentent après 65 ans, ne présumer pas de vos forces.

Ressources pour aller plus loin dans les conseils

  • pour-les-personnes-agees.gouv.fr : Portail national d’information pour l’autonomie des personnes âgées et l’accompagnement de leurs proches.
  • pourbienveillir.fr, BIEN chez soi : Portail géré par les Caisses de Retraites et Santé Publique France. Il propose des informations et des conseils sur tous les thèmes de la vie.

Adapter ou changer de logement : les aides techniques et financières possibles

Les accidents domestiques ne doivent plus être une fatalité. Tout comme l’avancée en âge, ils réduisent parfois notre autonomie. Alors anticipons ! Si vous envisager des travaux, un déménagement, un achat, pensez à l’ergonomie de votre lieu de vie.

Que vous soyez propriétaire ou locataire, voici quelques professionnels ou dispositifs à consulter avant d’entreprendre des changements :

Les caisses de retraite

Elles peuvent intervenir dans l’amélioration du logement. Différentes interventions sont possibles et toutes les caisses de retraites sont concernées : l'assurance retraite, la msa , Sécu-indépendants

  • conseil en aménagement du logement,
  • financement de travaux d’isolation thermique,
  • financement d’aides techniques : barres d’appui, marches antidérapantes…,
  • financement de travaux d’adaptation,
  • accord de prêts.
A partir de 75 ans, si vous percevez une retraite complémentaire AGIRC ou ARRCO

Vous pouvez contacter le 0 810 360 560 - Pour bénéficier du diagnostic BIEN CHEZ MOI.
Un ergothérapeute* prendra rendez-vous avec vous, chez vous. Votre participation ne sera que de 15 € 

* Un ergothérapeute, évalue les capacités de la personne, étudie son environnement et ses habitudes de vie afin de lui proposer des solutions qui lui permettront de conserver son autonomie. Il ou elle peut également être votre conseiller pour trouver les aides techniques vous correspondant, vous faire essayer le matériel proposé et, même dans certains cas, être votre assistant dans la recherche d’aides financières.

En savoir plus sur l'ergothérapeute

Les CICAT : Centre d’Information et de Conseil en Aides Techniques

Vous pouvez trouver des informations et être conseillé sur les aides techniques dans un CICAT

Le plus proche se trouve à Blois : 32- 34 avenue du Maréchal MAUNOURY – 02.45.50.55.25. visites guidées et gratuites.

Les bailleurs sociaux

Ils ont une mission d’adaptation des logements au vieillissement de la société et aux situations de handicap. Vous pouvez contacter votre bailleur et envisager avec lui une adaptation ou un déménagement pour une meilleure autonomie. Adressez-vous au conseiller clientèle.

L’ANAH

L'Agence Nationale de l’Habitat peut proposer des subventions financières pour l’adaptation du logement et pour d’autres aménagements de confort, sous certaines conditions.

Evaluer votre éligibilité

Coordonnées pour l’ANAH à Orléans :
131 faubourg Bannier,
Téléphone 02.38.52.47.75

Sur rendez-vous, des conseillers peuvent vous aider à mieux comprendre vos droits potentiels.

SOLIHA

Réseau associatif national du secteur de l’amélioration de l’habitat a pour objectif de favoriser le maintien et l’accès dans l’habitat des personnes défavorisées, fragiles et vulnérables. Le réseau propose un accompagnement dans l’adaptation du logement.

Un technicien et un ergonome peuvent venir chez vous pour évaluer vos besoins et proposer des solutions. De plus, une aide vous est proposée pour remplir les dossiers d’éventuelles subventions.

L’APA

Allocation Personnalisée d’Autonomie gérée par le département. Cette allocation est relative à votre degré d’autonomie. Sur demande, une évaluation de votre autonomie sera faite à votre domicile. L’APA peut maintenant financer du matériel adapté dans le cadre du plan d’aide personnalisé établit.

CREDITS IMPOTS

Si vous êtes fiscalement domicilié en France, vous pouvez bénéficier, sous conditions de handicap ou de perte d’autonomie, d'un crédit d'impôt pour certaines dépenses d'équipement, réalisées dans votre habitation principale. Il s'agit d'équipement spécifique pour personnes âgées ou personne en situation de handicap.

Retrouver les autres dossiers