Orléans & son AgglO

Jazz à l’Evêché : entre vintage et modernité

Publiée le

Un lieu magique relooké. Une programmation musicale rythmée et ouverte sur tous les styles. Une atmosphère d’allégresse et de liberté. Rendez-vous au jardin, du 22 au 25 juin 2016.

Festival de Jazz

Jazz à l’Evêché : entre vintage et modernité

Un écrin relooké pour l’occasion et transformé en club de jazz cosy à ciel ouvert. Une plongée dans le New York ou le Chicago des années 60/70’, dans une ambiance « Cotton club », pour partager de bons moments, boire un verre entre amis, se détendre en écoutant de la bonne musique…
« La véritable star du festival, c’est le jardin, sourit Stéphane Kochoyan, directeur artistique toujours fidèle au poste. C’est la clé d’un tel événement : favoriser la rencontre d’un public avec des artistes, dans un lieu métamorphosé pour l’occasion en espace de création formidable, sur un site qui n’en avait pas la vocation au départ »
.
Particulièrement éclectique cette année, la programmation fait la part belle à « tous les jazz ». Puristes, aficionados et néophytes seront assouvis, tant l’affiche s’avère variée, rythmée et festive. « C’est un programme avec des têtes d’affiche et une place prépondérante pour la scène locale et les artistes du cru, note Stéphane. Telle est la particularité de Jazz à l’Evêché, mêler ces deux choses-là en toute liberté ».

Parmi les sensations, China Moses et son jazz mâtiné d’un son hip hop soul pop devrait faire le buzz (22 juin), tout comme Shai Maestro de qui un journaliste a dit un jour dans un article « Comment pourrait-t-on mieux jouer du piano ce soir que lui ? » (24 juin). Pour avoir des frissons, rien de tel que le trompettiste Paolo Fresu, au sens de la mélodie incomparable, considéré comme l’un des meilleurs musiciens européens aujourd’hui (23 juin) ou le collectif Push Up ! totalement fou et déjanté, entre rock, slam et soul, emmené par la belle jazz-diva Sandra Nkaké (25 juin).

D’autres partitions musicales de hautes volées, proposées par les programmateurs associés, ô Jazz ! (19h tous les soirs), ABCD (après les grands concerts du soir), le Conservatoire (le midi notamment) et Musique & Equilibre (concert autour d’Alexandra Grimal le 25 juin après-midi), vont faire voyager les spectateurs. Nouveauté cette année, le Nuage en Pantalon initie des déambulations musicales festives et joyeuses en centre-ville (21 et 25 juin dans les rues orléanaises, du 22 au 24 juin au jardin de l’Evêché), « pour attirer de nouveaux publics et emmener le jazz partout au cœur de la cité », dixit le maître de cérémonie. Autre proposition : Jean-Pascal Retel, membre du Tricollectif orchestre des projections et de la musique au casque au sein du jardin, pendant la durée de l’événement. En prémices au festival, Olivet accueille un concert du Laurent Coulondre Trio, au Parc du Poutyl (21 juin).

Programme complet