Orléans & son AgglO

Cinéma : Alibi.com

Publiée le

Brans-le-bas de combat, au cinéma Pathé Loire d'Orléans, avec la venue de l’équipe du film Alibi.com. Impossible de résister à cette joyeuse équipée !

Culture

Cinéma : Alibi.com

Après le succès de Babysitting 1 et 2, la nouvelle pépite de Philippe Lacheau et ses comparses sort en salles le mercredi 15 février. 

Comment avez-vous eu l’idée du film Alibi.com ?

Philippe Lacheau (réalisateur, co-scénariste et acteur) : J’ai vu un reportage à la télé sur des sociétés d’alibis qui existent depuis 10 ans. Elles permettent à leurs clients de mentir en toute impunité, concernant un adultère notamment. Je me suis dit que ce sujet immoral et fou ferait une excellente comédie. C’est le premier long-métrage que je réalise tout seul comme un grand. Je me suis senti pousser des ailes après avoir réalisé Babysitting 1 et 2 avec les copains. Je n’ai pas changé grand-chose, j’ai repris mes potes, la même équipe technique, etc…

Julien Arrutti (comédien et co-scénariste) : Je suis très fier de lui, cela s’est super bien passé. On s’est bien amusés pendant le tournage et cela se ressent dans le film. Philippe avait une énergie incroyable. C’est un réalisateur calme et serein. Il nous a donnés des directives très précises, même aux grands comédiens que sont Didier Bourdon et Nathalie Baye, en toute sincérité.

Philippe Lacheau : Je me suis senti très gâté de travailler avec une telle équipe de comédiens et des guest-star de luxe comme Norman, Michèle Laroque ou Chantal Ladesou. C’est un super cadeau. Je les remercie car ils ont apporté une grande profondeur, une saveur à des petits rôles. Quand on écrit, on ne pense pas aux comédiens qui incarneront les personnages. On écrit pour le délire. On se lâche, on est dans une liberté totale. Pour le rôle du bad boy, beaucoup de gens ont dit non, je ne m’attendais pas à ce que Joey Starr accepte. Il l’a fait avec beaucoup de bonheur, dans l’autodérision, l’humour. C’est un très bon acteur.

En quoi le succès de Babysitting a changé votre vie ?

Julien Arrutti : C’est une aventure qui a tout changé dans notre vie, et qui nous a lié à l’équipe de Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu ? On a rencontré Elodie Fontan pendant la promotion de nos films respectifs et elle a intégré notre bande et joué dans Babysitting 2 (sic : elle est aujourd’hui la compagne de Philippe Lacheau). Grâce au succès remporté par ces films, aujourd’hui, on peut mener à bien tous nos projets. On nous accueille avec plus d’entrain. C’est une chance inestimable. De faire ça entre amis en plus, avec la bande des premiers jours.

Philippe Lacheau : Babysitting nous a porté bonheur. Aujourd’hui, on en est là grâce à ce film. Orléans aussi nous a porté bonheur. Cela a été la toute première date de notre tournée promotionnelle. Ici, nous avons reçu un accueil de fou lors de la présentation du film. Je me souviens d’être entré dans la salle complètement flippé, mais le public nous a galvanisés, portés, encouragés. Ce sont des souvenirs incroyables.

On sent que vous vous êtes amusés comme des petits fous pendant l’écriture et le tournage.

Philippe Lacheau : On écrit ce qui nous plait. On met des références à nos films préférés, à des jeux vidéo, à ce qui nous éclate dans la vie… C’est comme une baguette magique. Il y a une ligne dans le scénario de Baby-sitting 2 qui dit que l’action se passe au Brésil ! Et c’est parti, on part tourner au Brésil.

Julien Arrutti : Sur Alibi.com, on avait des envie de courses poursuites en voiture à la Fast and Furious, des envies de Côte d’Azur, de plages. Et voilà, on l’a fait (rires). C’est la magie du cinéma.

Philippe Lacheau : Et tourner avec Nathalie Baye et Didier Bourdon, quel bonheur ! Lui est un génie de l’humour, c’est passionnant de tourner avec un comédien aussi investi. Le film va très loin et les personnages sont poussés dans leurs derniers retranchements. Nathalie n’a pas hésité à tout faire à fond. Elle adore rire. Parfois, je me disais : mais tu te rends compte, tu fais jouer Nathalie Baye qui a eu quatre césars dans sa vie ! C’est dingue…

Elodie, ce n’est pas trop dur d’intégrer une telle bande de trublions ?

Elodie Fontan : C’est drôle, tout le monde me pose cette question (rires). Non au contraire, cela a été hyper facile en fait, comme si j’avais toujours fait partie de la bande.

Philippe Lacheau : Ne vous fiez pas à ses airs de fille, à l’intérieur c’est un vrai bonhomme (rires) ! Elle fait de la boxe, elle a un look de garçon manqué.

Elodie Fontan : C’est vrai en plus. Vraiment, tout s’est fait très naturellement. J’ai suivi le projet d’Alibi.com très en amont. Puis, il y a eu les lectures, les répétitions… C’est un processus très naturel. C’est comme une seconde famille. Et aujourd’hui, on partage la joie et les émotions d’une tournée promotionnelle partout en France.

Philippe Lacheau : Rencontrer le public c’est la récompense de ce métier. Pendant plus de deux ans, nous avons travaillé dans notre coin et là c’est le moment où l’on peut partager notre bébé avec les gens, voir leurs réactions.

Elodie Fontan : On est super heureux de l’accueil du public. C’est une merveilleuse histoire qui s’écrit.

 Propos recueillis par Emilie Cuchet - Photos Jérôme Grelet

Plus d'infos sur le film