Orléans & son AgglO

Ligne Paris-Orléans-Clermont-Lyon : abandon du projet

Publiée le

Suite au rapport du Conseil d'orientation et d'infrastructures (COI) qui préconise l'abandon ou le report de projets ferroviaires et routiers, la SNCF a décidé de mettre en suspens le projet de ligne Paris-Orléans-Clermont-Lyon.

Déplacements

Ligne Paris-Orléans-Clermont-Lyon : abandon du projet

Pour rappel, ce projet, qui a fait l’objet d’un large débat dans les villes concernées, entre 2011 et 2012, vise notamment à relier Orléans au réseau des trains à grande vitesse, à améliorer la desserte des grandes villes du Grand Centre et à constituer un itinéraire pertinent alternatif à l’actuelle LGV Paris-Lyon.

"Après la réduction du nombre d’arrêts des TGV sur les autres villes de la Région, c’est maintenant un mauvais coup porté à sa capitale, réagit Olivier Carré, maire d’Orléans et président d’Orléans Métropole. L’abandon du projet de ligne TGV Paris-Orléans-Clermont-Lyon par l’Etat est une mauvaise nouvelle. Inscrite dans la Loi, cette ligne aurait permis de relier Orléans au réseau européen des lignes à grande vitesse. C’est la raison pour laquelle je demande publiquement à la SNCF de trouver rapidement au moins deux sillons permettant de relier Orléans à la gare TGV de Roissy, à des horaires compatibles avec les liaisons internationales de cet aéroport et les autres grandes lignes de TGV européennes, c’est-à-dire, pour la première d’entre elles, tôt le matin. En outre, j’insiste pour que les liaisons avec Paris soient fiabilisées. Il ne s’agit pas de contester les nécessaires travaux de sécurisation de la ligne. Mais, parce qu’ils vont durer de nombreuses années, il faut redonner de la ponctualité à un trajet qui souffre considérablement d’aléas horaires quitte à réaménager les horaires.
Enfin, je serai heureux que les Orléanais puissent bénéficier d’un train à horaire tardif, vers 23h30, afin de permettre comme ce fut longtemps le cas, un retour après les spectacles parisiens."

« Il est impératif pour notre territoire que les Orléanais, qui historiquement ont toujours été très utilisateurs de la liaison ferroviaire avec Paris, soient entendus par celles et ceux qui ont en charge l’efficacité de ce mode de transport. »