Orléans & son AgglO

Cinéma : avant-première avec Jean-Paul Rouve

Publiée le

Drôle, passionné, Jean-Paul Rouve est venu présenter sa nouvelle réalisation, Lola et ses frères, au Cinéma Pathé Orléans Place de Loire, lundi 1er octobre. Rencontre au sommet.

Culture , Sorties - Loisirs

Cinéma : avant-première avec Jean-Paul Rouve

C’est la deuxième fois que vous écrivez un scénario avec David Foenkinos (auteur de La délicatesse). Vous partagez une belle complicité ? 

Jean-Paul Rouve : Oui, on a énormément de complicité. David et moi, nous nous sommes rencontrés sur Les Souvenirs. J’ai réalisé le film adapté de son roman (en 2014) et on a écrit ensemble le scénario. On ne se connaissait pas et on s’est tout de suite bien entendus. Avec lui, c’est simple, joyeux. Ça travaille, il n’y a pas d’égo ni d’orgueil. Et puis surtout, on a le même humour. On s’est tout de suite dit qu’il fallait qu’on remette ça. Cette fois, on a décidé d’écrire une histoire originale.

Ce qui m’intéresse c’est de parler des relations familiales, humaines. J’aime parler de l’humain. Et David est dans la même mouvance. On a les mêmes goûts pour les petites choses de la vie… qui en disent parfois plus longs que les grandes. C’est un puit sans fond. Les histoires de cœur, la pudeur, les non-dits… J’aime mélanger tout cela pour qu’au final, l’histoire soit drôle et émouvante à la fois. Comme la vie. Il s’agit de trouver une forme de vérité. Le cinéma ce n’est pas la vie, mais c’est la vie avec un filtre. Un peu comme une photo de vacances cadrée ou un filtre Instagram. Il y a ce petit truc en plus, tout en étant le plus réaliste possible.

Comment est née l’histoire de Lola et ses frères ?

Jean-Paul Rouve : On est partis de l’idée d’une fratrie, d’une petite sœur et deux frères plus âgés dont les parents sont décédés. A partir de là, David et moi on a écrit les vies des personnages et on les a laissé aller en liberté. On a écrit 150 pages au lieu de 90, avec plein de situations. Parfois dans les films, on sent que les personnages sont au service des scénaristes et font des choses qui n’ont pas trop de sens pour leur arranger la vie. Nous, on ne veut surtout pas ça. On les laisse vivre même si cela nous complique la tâche nous scénaristes. Ça nous permet de les faire agir de manière humaine, en se trompant et en faisant des erreurs. J’aime que le spectateur soit avec eux, qu’il soit d’accord ou pas d’accord avec les actions des personnages, mais qu’au bout du compte il les comprenne. C’est une matière vivante.

C’est la raison pour laquelle les personnages ont des métiers qui existent. Leur métier est important dans l’histoire, comme dans nos vies. Le lieu est aussi capital. La ville d’Angoulême est un personnage à part entière dans le film. Je voulais une ville ni trop grande où l’on se sente perdu ni trop petite où il y ait trop de promiscuité. Je cherchais une ville moyenne où il n’y ait aucune échappatoire telle que la mer ou la montagne. Je tiens à tourner à chaque fois dans une réalité géographique.  

Le choix des comédiens est venu comment ?

Jean-Paul Rouve : Quand on écrit avec David, je joue tous les personnages. Je ne pense pas à des comédiens. Je veux créer sans me brider. Mais c’est une première, le premier comédien qui m’est venu à l’esprit est arrivé pendant la phase d’écriture et c’est Ramzy Bédia. Pour moi, c’était une évidence qu’il joue le rôle du fiancé romantique de l’héroïne. Ramzy est un être sensible doublé d’un grand acteur. Je le connais bien dans la vie. Il dégage beaucoup de charme. Après l’écriture, José Garcia, dans le rôle du frère au bord du craquage, est arrivé. Tout comme lui, je viens des sketchs, de la télé… mais ce qui m’intéresse c’est ce qu’il a dans l’œil. Cette fêlure, cette mélancolie.

Le casting pour Lola était très compliqué. C’est un personnage qui réunit deux choses contradictoires. C’est un peu leur mère et en même temps les deux frères la bouffent. Elle a de la douceur, de l’humour. J’ai rencontré beaucoup de très  bonnes comédiennes, mais quand j’ai vu Ludivine Sagnier, je me suis dit que c’était elle.

Au départ, je ne voulais pas jouer dans le film car je le réalise. C’est fatiguant d’être devant et derrière la caméra. Mais comme le tournage a été décalé, le comédien choisi au départ ne pouvait plus tenir son rôle car il avait d’autres engagements… Je peux le dire aujourd’hui c’était Alain Chabat. Du coup, c’est moi qui l’ai fait.

Les seconds rôles ont été particulièrement peaufinés.

Jean-Paul Rouve : Oui ils sont très importants dans l’histoire. Pauline Clément qui joue ma femme dans le film est une actrice incroyable, elle est à la Comédie Française. Son personnage fait des trucs un peu bizarres, a un côté illuminé et  elle est parfaite dans ce registre. On lui fait dire des trucs méchants, racistes et pourtant on n’arrive pas à lui en vouloir ! Le fils du personnage de José nous plaisait aussi. Il permet de parler de la transmission inversée. On voulait qu’il soit tellement différent de son père et qu’en même temps il y ait de l’amour entre les deux.

Le registre de comédie dramatique est celui qui vous sied en tant que réalisateur ?

Jean-Paul Rouve : Oui c’est ce qui me plaît, me touche en tant que réalisateur ? Je ne fais que des films comme ça. Je ne me vois pas faire un thriller, ou du comique alors que j’adore jouer dedans. Je suis admiratif d’un Olivier Baroux qui réalise Les Tuche.

Quels sont vos projets à venir ?

Jean-Paul Rouve : Je joue dans un film de Michel Blanc, Voyez comme on danse, qui sort le 10 octobre. Je serai également dans le prochain film de Nicolas Vanier, tourné en partie en Norvège et prévu sur les écrans en octobre 2019. J’y incarnerai Christian Moullec (sic l’homme-oiseau qui veut sauver les oies naines d’Europe). Et sinon, avec David Foenkinos on va se remettre à écrire. On a trouvé une nouvelle idée.

Et Les Tuche ?

Jean-Paul Rouve : Jeff Tuche, c’est un personnage que j’adore. Il me va très bien. J’ai beaucoup de tendresse pour lui. Bien sûr que l’on pense aux Tuche 4. Mais on ne le fera que si on a une bonne histoire. On ne peut pas trahir le public qui aime tant cette famille. Je ne pourrais pas le regarder dans les yeux !

Propos recueillis par Emilie Cuchet - photos Jean Puyo

Lola et ses frères

Comédie Dramatique de Jean-Paul Rouve

Avec Ludivine Sagnier, José Garcia, Jean-Paul Rouve

 Résumé

Lola a deux frères : Benoit, qui se marie pour la 3ème fois, et Pierre, qui débarque en retard au mariage… Excuses, reproches, engueulades, brouilles, chacun essaye de vivre sa vie de son côté. Benoit va devenir père sans y être prêt. Lola fait la rencontre de Zoher alors qu’elle s'occupe de son divorce. Quant à Pierre, ses problèmes professionnels s'enveniment. Tout dans leur vie devrait les éloigner, mais ces trois-là sont inséparables.

Sortie Nationale le 28 novembre 2018