Orléans & son AgglO

Hommage : entrée de Maurice Genevoix au Panthéon

Publiée le

« Ceux de 14 » et leur port-étendard, Maurice Genevoix, entreront au Panthéon, en 2019. Un honneur pour le Loiret qui vit grandir l’écrivain, inspiré par la nature ligérienne et la Sologne.

Hommage : entrée de Maurice Genevoix au Panthéon

L’an prochain, l’écrivain Maurice Genevoix et « ceux de 14 » (en référence à son recueil de récits de guerre), entreront au Panthéon, comme l’a annoncé le Président de la République, Emmanuel Macron.  Qu’ils soient « simples soldats, officiers, engagés, appelés, militaires de carrière, sans grade et généraux, mais aussi les femmes engagées auprès des combattants (…), je souhaite qu’ils franchissent ce seuil sacré avec Maurice Genevoix, leur porte-étendard », a indiqué le chef de l’Etat, le 6 novembre, lors de son passage aux Eparges, dans la Meuse, où l’écrivain fut blessé en 1915 (une stèle y est érigée en sa mémoire).

« Amoureux de la Loire et de la Sologne »

Né en 1890, à Decize (Nièvre), Maurice Genevoix a passé son enfance à Châteauneuf-sur-Loire (Loiret), où ses parents tenaient une épicerie-mercerie, et fut interne au lycée Pothier, à Orléans. Il resta très attaché à cette nature entre Loire et forêt, cadre de plusieurs de ses romans (La Boîte à pêche, Raboliot…). « En tant qu’enfant du pays, je suis fier de voir ainsi honorés non seulement la mémoire de celles et ceux de 14, mais également la voix de ce « romancier un peu sauvage », comme il aimait à se qualifier, et le regard de cet amoureux de la Loire et de la Sologne, observe Olivier Carré, maire d’Orléans et président d’Orléans Métropole. Lui qui semblait trouver dans cette vie simple, proche de la nature, le réconfort nécessaire pour survivre aux horreurs de la guerre, rejoindra ainsi Jean-Zay, « panthéonisé » en 2015, autre figure de l’Orléanais, hissé au rang des « Grands Hommes ».

Hommages aux poilus dans la métropole orléanaise

Dans le cadre du centenaire de l’Armistice de la Grande Guerre, Orléans rend hommage aux poilus, à travers une série d’événements : 

Dimanche 11 novembre

  • 10h30 - Rassemblement du Cortège - rue Robert de Courtenay 
  • 10h55 - Monument de la Victoire, Esplanade du Souvenir Français, boulevard Alexandre Martin 
  • 11h00 - Commémoration 
  • 16h30 - Concert gratuit par la musique Municipale d’Orléans Théâtre Gérard Philipe, 7 place Sainte-Beuve Orléans La Source

Lettre d'un Poilu, lue par Olivier Carré le 11 novembre

Pierre, 22 septembre 1916, Verdun

« Ma chère Édith,

La vie ici est très dure. Dans les tranchées, l’odeur de la mort règne. Les rats nous envahissent, les parasites nous rongent la peau ; nous vivons dans la boue, elle nous envahit, nous ralentit et arrache nos grolles. Le froid se rajoute à ces supplices. Ce vent glacial qui nous gèle les os, il nous poursuit chaque jour. La nuit, il nous est impossible de dormir. Être prêt, à chaque instant, prêt à attaquer, prêt à tuer. Tuer, ceci est le maître-mot de notre histoire. Ils nous répètent qu’il faut tuer pour survivre, je dirais plutôt vivre pour tuer. C’est comme cela que je vis chaque minute de cet enfer. Sans hygiène. Sans repos. Sans joie. Sans vie.

Cela n’est rien comparé au trou morbide où ils nous envoient. Sur le champ de bataille, on ne trouve que des cadavres, des pauvres soldats pourrissant sur la terre imprégnée de sang. Les obus, les mines, détruisent tout sur leur passage. Arbres, maisons, et le peu de végétation qu’il reste. Tout est en ruine. L’odeur des charniers, le bruit des canons, les cris des soldats… L’atmosphère qui règne sur ce champ de carnage terroriserait un gosse pour toute sa vie. Elle nous terrorise déjà.

Lundi, je suis monté au front. Ils m’ont touché à la jambe. Je t’écris cette lettre alors que je devrais être aux côtés des autres, à me battre pour ma patrie. Notre patrie, elle ne nous aide pas vraiment. Ils nous envoient massacrer des hommes, alors qu’eux, ils restent assis dans leurs bureaux ; mais en réalité, je suis sur qu’ils sont morts de peur.

Ah ! Ce que j’aimerais recevoir une lettre. Cette lettre, celle qu’on attend tous, pouvoir revenir en perme. Ce que j’aimerais te revoir, ma chère épouse ! Retrouver un peu de confort, passer du temps avec notre petit garçon… Est-ce que tout le monde va bien ? Ne pensez pas à toutes ces horreurs. Je ne veux pas que vous subissiez cela par ma faute. Prends bien soin de toi, de notre fils, et de mes parents. Et, même si je ne reviens pas, je veillerai toujours sur toi. Je pense à vous tous les jours, et la seule force qui me permet encore de survivre, c’est de savoir que j’ai une famille qui m’attend, à la maison.

J’espère être à vos côtés très prochainement, à bientôt ma belle Édith, je t’aime. Pierre »

Dans les pas de Maurice Genevoix

À Saint-Denis-de l’Hôtel, où l’académicien avait acquis « Les Vernelles », demeure familiale à l'écart du village, une exposition permanente thématique retrace le parcours de l’écrivain, et une promenade dite « Promenade Maurice-Genevoix » a été aménagée le long du Chastaing à Châteauneuf sur Loire, en sa mémoire.

Exposition "Hymne à la vie" 

Au musée de la marine de Loire de Châteauneuf sur Loire jusqu'au 28 janvier 2019

exposition genevoix

exposition genevoix

exposition genevoix

Portrait de Maurice Genevoix en 1910

exposition genevoix

Képi de lieutenant du 106 ème RI en 1914

exposition genevoix

Portrait de Maurice Genevoix en uniforme de sous lieutenant en février 1915

exposition genevoix

Le bureau de Maurice Genevoix installé face à la Loire dans sa maison des Vernelles

exposition genevoix

Liste des noms propres présents dans ses livres de guerre : à gauche les noms trouvés dans le récit, à droite les noms authentiques (soulignés)

exposition genevoix

Première page manuscrite de Raboliot roman avec lequel Maurice Genevoix obtiendra le prix Goncourt en 1925

exposition genevoix

Pommeau de l’épée d’académicien offerte en 1947 par les anciens du 106 RI à l’hotel de ville d’Orléans

exposition genevoix

Dessin d’un renard « l’occupant du territoire », illustration des Bestiaires livre paru en 1972

exposition genevoix

Insectes, poissons, mammifères, oiseaux, rien n’échappe au coup de crayon précis de Maurice Genevoix

exposition genevoix

Portrait de Maurice Genevoix par François Legrand

Photos et légendes : J Puyo