Orléans & son AgglO

Le Complexe nautique sort de terre

Publiée le

Le complexe nautique de La Source, dont la réhabilitation a débuté en mars 2018, se dessine jour après jour, et le gros oeuvre est aujourd’hui réalisé à 90 %.

Quartiers , Sport , Urbanisme - Habitat

Le Complexe nautique sort de terre

Plus que quelques mois avant que le Complexe nautique de La Source, entièrement repensé, n’ouvre ses lignes d’eau aux nageurs, sa fosse aux plongeurs et sa lagune aux jeunes joueurs. Imaginé avec et pour toutes les catégories d’utilisateurs, des plus petits aux clubs en passant par les familles ou les scolaires, le bâtiment moderne et agréable de 4 400 m2 permettra la cohabitation de toutes les pratiques, dans un niveau de confort thermique, sanitaire et olfactif tout spécialement choyé.

À l’intérieur, un grand hall d’accueil, ainsi que des vestiaires collectifs et individuels, d’où les utilisateurs pourront accéder à :

  • un bassin de nage de 25 m, à fond mobile, dont 2 lignes d’eau seront équipées d’un « virtual trainer », des LED en fond de bassin qui impriment le rythme à suivre aux nageurs,
  • un bassin de 20 m avec nage à contre-courant et buses de massage,
  • une fosse de plongée de 6 m de profondeur. À l’extérieur, de l’autre côté des baies vitrées et des losanges boisés, un bassin olympique de type nordique de 50 m (8 lignes d’eau) attendra les nageurs, qui pourront également, aux beaux jours, profiter d’un solarium minéral et végétal, ou patauger avec leurs enfants au coeur de la lagune de jeux.

Ouverture prévue au printemps 2020, mais déjà incontournable

DEUX BASSINS À L’INTÉRIEUR : au premier plan un bassin de 20 m, équipé d’une rampe de mise à l’eau pour PMR, au second un de 25 m (6 lignes d’eau) à fond mobile, idéal pour les scolaires ou les activités aquatiques. Les gradins existants ont été conservés, réhabilités et adaptés. Sur le haut du bâtiment, des poutres en acier galvanisé ont permis d’installer une couverture isolée thermiquement et phoniquement, habillée de lames de bois à l’aspect proche de celui d’origine.

VESTIAIRES : cet espace accueillera les vestiaires individuels. Un autre, destiné aux clubs et aux scolaires, hébergera les collectifs. En tout, 900 casiers sont destinés aux usagers. Au plafond, on distingue encore les gaines de traitement d’air, essentielles pour réguler l’air ambiant de l’établissement.

ARCHITECTURE : labellisé « Architecture contemporaine remarquable » par le ministère de la Culture, le bâtiment, représentatif de l’esthétique et des techniques des années 1960-70, ne perd pas de sa singularité lors de cette réhabilitation, mais s’adapte aux exigences modernes. De nouvelles arches en losange en lamellé collé ont donc été construites, auxquelles ont été ajoutés de discrets brise-soleil fixes, permettant d’améliorer le confort des utilisateurs.

BASSIN EXTÉRIEUR : Ouvert hiver comme été, le bassin nordique de 50 m, dont la profondeur varie de 1,30 m à 2 m, sera équipé d’un aileron mobile qui permettra de la diviser en deux dans le sens de la longueur, et en 2/3-1/3 dans le sens de la largeur. Après le départ de la dernière grue du site, courant novembre, des panneaux en inox (sur lesquels une couche de PVC très épaisse sera laminée à très haute température) viendront habiller le bassin en fin d’année.

FOSSE DE PLONGÉE : grosse attraction du lieu, la fosse de plongée de 6 m de diamètre et 6 m de profondeur, homologuée pour le passage de niveaux. Une aubaine pour les adeptes de la discipline, dont les descentes pourront être visibles par le public depuis le hall et le bassin, grâce à des vitres de 36 mm d’épaisseur, conçues tout spécialement pour résister à la pression.

PARTIE TECHNIQUE : le sous-sol de 2 000 m2 abrite « le coeur de la bête », et notamment les dix énormes filtres de traitement d’eau. Afin de faciliter la manutention, ils ont été livrés avant de couler les planchers hauts. La filtration s’y opère par un système de billes de verre, plus moderne, plus efficace, moins consommateur en eau lors du nettoyage que les anciens filtres à sable.

photos : J Puyo - texte : M Simon