Orléans & son AgglO

Rencontre avec l’équipe du film "Sol"

Publiée le

Entre émotion et tendresse, un instant rare que cette rencontre avec la réalisatrice Jézabel Marquès et la comédienne Chantal Lauby, venues présenter le film Sol au Pathé Orléans, le 21 novembre dernier.

Culture , Sorties - Loisirs - Tourisme

Rencontre avec l’équipe du film "Sol"

Quelle est la genèse du film ?

Jézabel Marquès (réalisatrice) : Tout est parti d’une chanson de Sara Montiel, une chanteuse et actrice espagnole. Sa musique est en fil rouge dans le film. Cette musicalité, cette chaleur, cette sensualité m’ont portée tout au long de l’aventure. Ce qui est à l’origine du film également, c’est ma relation avec ma grand-mère que j’ai appris à mieux connaître à la fin de sa vie. J’ai refait l’histoire en la réinventant, en imaginant une grand-mère qui essaie de se rattraper des moments qu’elle a manqué avec son petit-fils alors qu’il est encore un petit garçon. J’ai découvert le tango que maintenant j’aime beaucoup et je l’ai ajouté comme ingrédient du film puisque mon héroïne Sol, incarnée par Chantal, est une célèbre interprète de tango argentin. Cette atmosphère de club de milonga, de rapprochements des corps sied très bien au film et permet aussi des moments plus durs, de conflits, de tensions.

Chantal Lauby (actrice) : J’ai aimé combien dans le regard de Sol le tango incarne un défi. On vit dans un monde où on a peur de se toucher. Or dans le tango, on prend le temps de s’approcher, de se toiser, de se jauger. J’ai pris des cours pour le film et j’ai adoré. C’est un vrai contact charnel avec son partenaire, un moyen de renouer avec l’autre. Cela convient très bien à mon personnage qui essaie tout le temps de prendre le dessus.

Comment avez-vous choisi le petit garçon ?

Jézabel Marquès (réalisatrice) : J’ai vu plus de 100 petits garçons pendant le casting. Je cherchais à la fois l’innocence et la fantaisie à cet âge charnière de 7 ans. Giovanni Pucci est vraiment parfait dans le rôle.

Chantal Lauby (actrice) : Pendant le tournage, il m’aidait à comprendre les scènes car il me posait tout le temps des questions. Il était curieux de tout. Une belle leçon d’humanité.

Jézabel Marquès (réalisatrice) : Un enfant vit les choses. Il est à fond. On a créé une intimité avec lui, Chantal et Camille Chamoux qui joue sa maman. On a beaucoup tourné en studio et l’alchimie entre tous a beaucoup aidé.

Chantal Lauby : J’aime quand un réalisateur ou une réalisatrice me fait entrer dans son univers. Je sens ce qu’il y a dans son cœur, dans ses tripes et cela me pousse à me dépasser. Jézabel a pensé ce film, elle l’a écrit, réalisé, elle a choisi les musiques. Elle m’a emmené ailleurs par rapport à mon registre habituel et ça fait du bien. Le personnage de Sol est bourré de remords. Elle manigance mais par amour. Elle n’a pas le choix. Elle est joyeuse, elle joue, elle est pétillante et c’est tant mieux car cela fait du bien à sa belle-fille.

Tout repose sur le contraste justement entre cette belle-mère et cette belle-fille ?

Jézabel Marquès : J’avais envie de gens solaires pour mon premier film. De prendre deux comédiennes de comédie et de les emmener dans autre chose. Dans le film, Camille a des moments de drôlerie malgré elle ce qui se marie très bien avec la légèreté de Chantal dont le personnage va très loin, est dans l’excès.

Chantal Lauby : Ce qui est drôle c’est que dans la vie je suis plus introvertie contrairement à ce que l’on imagine. Camille, c’est l’inverse. Or, Jézabel nous a pris chacune à contremploi. Elle a demandé à Camille d’en faire moins et à moi d’en faire plus. On a essayé de se transformer l’espace de ce film.

Camille Chamoux est drôle, touchante. Cela a été une belle rencontre. J’ai adoré travailler avec elle.

Jézabel Marquès : Chantal n’est pas mal non plus (rires). Elle est douce, bienveillante, pleine d’amour.

Il y a des sujets phares dans le film, le deuil, la culpabilité… qui touchent au cœur.

Jézabel Marquès : Oui ce sont des sujets très présents, que l’on a souhaité abordé avec beaucoup de pudeur. De douceur même.

Chantal Lauby : Sol est torturée par ses souvenirs, ses remords. C’est pour cela qu’elle surjoue tout le temps. J’imaginais souvent la douleur pour nourrir le personnage.

Jézabel Marquès : La maman a arrêté sa vie de femme à la mort de son mari. Le petit porte le poids de l’hérédité. Sol les aide à se délester et cela lui permet à elle aussi de panser ses blessures. Il y a beaucoup d’espoir dans ce film.

Chantal Lauby : C’est merveilleux de faire du cinéma en s’adressant aux gens pour les aider dans leur vie à passer des périodes difficiles. Il n’est jamais trop tard. On peut toujours avoir une seconde chance.

Propos recueillis par E. Cuchet

« SOL »

Comédie (1h38) de Jézabel Marques
Avec Camille Chamoux, Chantal Lauby, Giovani Pucci

Résumé

Sol, célèbre interprète de Tango argentin, vit à Buenos-Aires depuis de nombreuses années. Derrière son tempérament excessif et son sourire incandescent, la Diva cache une blessure dont elle ne s'est jamais réellement remise : la perte de son fils unique, Raphaël, avec qui elle avait rompu tout lien. Sol revient à Paris dans l'espoir de rencontrer enfin Jo, son petit-fils de 7 ans, né de l'union de Raphaël et d'Eva, sa belle-fille, qu'elle ne connaît pas. Mais devant eux, Sol prend peur et prétend être là pour louer le studio situé sur leur palier. Dès lors, elle va tout faire pour apprivoiser ses nouveaux voisins...

Sortie Nationale le 08 janvier 2020

Si vous souhaitez joindre la mairie d’Orléans : 02 38 79 22 22
ou Orléans Métropole : 02 38 78 75 75.

Pour rappel, en cas de symptômes, vous devez :
  • appeler votre médecin traitant et non le 15,
  • éviter de vous déplacer vers les salles d’attente des cabinets médicaux sans l’avis de votre médecin, ou les services d’urgence (réservés à la prise en charge des cas graves), afin d’éviter de propager la contagion.

plateforme téléphonique 0800 130 000