Tendances des recherches actuelles

      Economie - innovation

      le 05/05/2015

      «French Tech» : nouvel élan

      Orléans et Tours s’allient afin de permettre aux start-up de l’économie numérique de se développer.

      data-hitachi

      Economie - innovation

      logo french tech orléans

      +41,6%c’est la progression du nombre d’entreprises ayant une activité numérique dans le Loiret, entre 2011 et 2014 (855 entreprises recensées). En trois petites années seulement, qui plus est marquées par la crise économique, l’initiative et l’innovation ont donné des ailes au territoire local… et à la création d’emploi qui a fait, sur la même période, un bond de 31,4 %. Oui, l’économie numérique est bel et bien en effervescence ! L’initiative « French Tech », lancée par le ministère délégué à l’Économie numérique, a contribué à accélérer le mouvement il y a un an. Intéressée par cette démarche et boostée par les atouts dont elle dispose, Orléans s’est rapidement mise en ordre de marche pour préparer son dossier de candidature à la labellisation, à l’instar des 9 métropoles françaises déjà labellisées.

      « Le but n’est pas d’avoir juste un tampon avec le label, note en préambule Olivier Carré, premier maire-adjoint d’Orléans et vice-président d’AgglO en charge des Grands Projets économiques, du Développement numérique et de l’Innovation. C’est une manière de réfléchir avec l’ensemble des acteurs sur ce processus de French Tech. Qu’à travers le prisme de l’innovation technologique, on engage une politique qui s’applique à l’ensemble des secteurs, et notamment ceux qui sont traditionnellement forts dans notre agglomération. »

      Barcamp
      Le premier BarCamp a réuni nombre d'acteurs intéressés par la démarche French Tech

      Un lieu totem : le Lab’O

      Ainsi, le digital est appelé à dynamiser les écosystèmes des filières bien ancrées en Orléanais, entendez par là, les secteurs d’excellence qui comptent des sociétés internationales ou exportatrices. Par quel biais ? Grâce aux jeunes entreprises innovantes ou startups dont les premiers débouchés seront ainsi assurés. Cinq axes « différenciants » ont ainsi été identifiés : l’agriculture 2.0, avec des convergences attendues entre leaders (Axéréal, Chesneau…), jeunes pousses et organismes de recherche (Inra, CNRS, BRGM) ; la logistique et le e-commerce avec, là encore, des poids lourds (Amazon, Deret) qui pourraient trouver de la « ressource » dans ce secteur en perpétuel mouvement ; les éco-technologies qui « disposent localement d’une masse de compétences quasiment unique en Europe réunies dans le pôle DREAM », observe Olivier Carré ; les objets connectés, un secteur très prometteur qui compte des pépites en informatique et en électronique (Hitachi, Orange, IBM, le pôle de compétitivité S2E2, la formation-recherche avec l’Esad, Polytech Orléans, des « grow-ups » comme SigrenEa) ; et enfin, le secteur de la beauté et de la santé avec des incontournables tels que LVMH.

      LVMH
      le centre de recherche Helios de LVMH

      Ces écosystèmes disposent déjà de points d’ancrage comme le centre de recherche Helios de LVMH, le datacenter d’Hitachi ou bien encore le Fab lab, au 4e étage de Polytech Orléans. Et d’autres lieux de référence sont fléchés, à commencer par le Lab’O, le « lieu totem » de la French Tech orléanaise. Il va prendre ses quartiers sur l'ancien site Famar avec l’aménagement par l’AgglO (à qui la mairie d’Orléans vient de céder les locaux), d’un bâtiment industriel et du bâtiment Tschumi pour accueillir un incubateur et des espaces partagés. L’arrivée des premières entreprises est prévue à l’automne. Puis, cet ensemble modulable de 18 000 m2 poursuivra sa reconversion en fonction des besoins ; il pourrait accueillir d’ici à 5 ans une centaine d’entreprises.

      visite-labo
      Visite du futur Lab'O, le 10 mars 2015

      Il faut que ça pulse !

      L’originalité du Lab’O réside aussi dans son fonctionnement, collaboratif mais respectueux de la logique d’entreprise. « L’idée est de créer une communauté réunissant des entrepreneurs individuels et des sociétés de croissance, mais aussi des associations et de la formation dans le domaine du numérique, explique Olivier Carré. Quelque chose qui “pulse”, un lieu de création et de ressources pour tous ceux qui s’y installeront et pour l’ensemble des entreprises du territoire. »

      Pour amplifier le phénomène, Orléans et Tours – qui crée elle aussi un incubateur dans l’ancienne imprimerie Mame – ont d’ailleurs pris la décision de travailler à construire une offre commune de services dédiés aux entreprises innovantes et d’étudier la possibilité de concourir à une labellisation commune « Loire Valley Tech » « pour faire en sorte que l’entreprise regarde l’ensemble de l’axe ligérien comme une entité harmonieuse et unique, qu'elle se dise que le climat des bords de Loire est sai pour la start up ».

      Aux quatre coins de l’Orléanais, d’autres lieux participent de ce maillage. Au sud : le campus d’Orléans appelé à accueillir, courant 2016, « Agreen Tech valley » (serres expérimentales, labos et bureaux). Au nord : le projet Interives, tourné vers l’innovation par les services, avec la présence du cluster Nékoé. En centre-ville : le futur pôle d’enseignement supérieur sur le site Porte-Madeleine, avec le développement de formations innovantes.

      Une impulsion est donnée « que nous devons porter sur le mode partenarial et dans une cohérence stratégique globale, résume CharlesÉric Lemaignen, président de l’AgglO. Il faut que nous facilitions ce foisonnement informel, par une très grande souplesse dans le fonctionnement, car c’est ce qui fera gagner notre capitale régionale ».

      Lexique

      BarCamp : réunion ou rencontre basée sur le principe du « tous participants». Il prend la forme d’ateliers contributifs et s’intéresse à tout ce qui tourne autour du numérique (innovations, applications, réseaux sociaux…).

      Coding goûters : événement où l’on apprend le langage informatique et la programmation à travers le jeu. Ces rendez-vous s’organisent un peu partout en France et s’adressent à tous (à partir de 7 ans). Site : http://codinggouter.org/doku.php

      Économie numérique : elle désigne l’ensemble des acteurs et des activités économiques liées au numérique.

      Fab lab : contraction de fabrication laboratory (laboratoire de fabrication). C’est une plateforme ouverte au public, équipée d’outils (imprimante 3D…) pour la conception et la réalisation de prototypes ou de petites séries. http://fablab-orleanais.fr

      Incubateur (ou couveuse) d’entreprise : Cette structure accueille et conseille les jeunes créateurs d’entreprises en développant des services complémentaires aux structures d’accompagnement traditionnelles.

      Start-up (jeune pousse) et grow-up : jeune entreprise innovante dans le secteur des nouvelles technologies.

      Pour en savoir plus :

      www.frenchtech-orleans.fr

      www.facebook.com/FrenchTechOrleans

      tourstech.co

      www.lafrenchtech.com