Festival des Portraits fantômes

1 et 2 juillet

Performances artistiques chez l’habitant·e

Catégorie principale : Balade - découverte - visite , Spectacle .
Spectacle : Théâtre , Danse , Performance .

Festival des Portraits fantômes

 

Vendredi 1er et samedi 2 juillet

 

créé par Mickaël Phelippeau

 

Performances artistiques chez l’habitant·e
Quartiers
> Argonne
> Blossières
> Madeleine
à Orléans

 

Artistes invité·e·s :
Nadia Beugré
Gaëlle Bourges
Mickaël Phelippeau
Marlène Saldana et Jonathan Drillet
Michel Schweizer

 

Tarif unique : 5€
Jauges réduites, limitées à l’espace disponible dans les logements

 

INFOS PRATIQUES

 

Vendredi 1er juillet
19h
21h

 

Samedi 2 juillet
14h
18h

 

Lieux de rendez-vous :

 

X Parcours "Madeleine" : Performances dans les logements  1 et  2.
Départ de l’arrêt de tram "Madeleine"

 

X Parcours "Grand Villiers" : Performances dans les logements  3 et  4. Départ de l’arrêt de tram "Grand Villiers"

 

Chaque parcours nous emmène voir 2 performances dans 2 logements différents.
Le détail des parcours vous sera donné après réservation.

 

Déplacements à pied ou transports en commun entre les deux logements.
Le parcours se termine au dernier logement (pas de retour au point de départ).

 

Durée d’un parcours : 2h (déplacements compris)

 

Réservations :
En ligne ccn-orleans.com
Par téléphone 02 38 62 41 00
Sur place aux horaires d’ouverture
Ouverture des réservations : 1er juin 2022

 

LES Portraits fantômes, C'EST QUOI ?

 

En 2004, Mickaël Phelippeau a habité chez Marine pendant une semaine. Il ne connaissait rien d’elle. Il ne savait même pas, quand il est arrivé, qu’il vivait chez une femme. Mais grâce aux photographies accrochées au mur au dessus du buffet, aux CDs de Céline Dion, aux revues et aux livres laissés çà et là, il a composé et performé un portrait de cette femme dont il a approché une certaine intimité. La rencontre a posteriori avec Marine a confirmé une étrange proximité avec sa vie et une distance qui lui a donné la sensation d’être totalement protégée. Le rapport entre réalité et fiction décuple un éventail impressionnant de possibles. C’est avec le souvenir de cette expérience que le désir de réitérer l’aventure a germé.

 

C’est ainsi qu’en avril 2013, dans les rues de Brétigny s/Orge, dans certains journaux locaux, il était possible de lire l‘annonce suivante :
« Mickaël Phelippeau, artiste chorégraphique, cherche trois appartements, studios, lofts, maisons, châteaux, fermes et/ou cabanes dans l'Essonne laissé(e) pour une durée de 3 jours entre le 29 avril et le 12 mai 2013 pour y résider. Le but est de fantasmer un portrait chorégraphique de ses habitant·es à partir de et à travers leurs espaces, leurs objets, leurs musiques, leurs livres, etc. Les habitant·es laisseront leur logement pendant cette période à Mickaël Phelippeau pour lui permettre de brosser un portrait par ses contours, un portrait en creux. Cela donnera lieu à une déambulation publique dans les différentes habitations ainsi prêtées à l'issue des 15 jours. La rencontre entre les habitant·e·s et l'artiste se fera à l’issue des restitutions. »

 

LA VERSION ORIGINALE

 

Dans la version originale des Portraits fantômes, Mickaël Phelippeau, artiste chorégraphique, réside pendant trois jours et trois nuits dans un hébergement en l’absence de ses habitant·es, afin de créer leur portrait chorégraphique. Il s’agit d’une recherche à partir des traces, des espaces, objets, musiques, lectures... Il effectue cette même investigation dans trois logements différents d’une même ville.
Cela donne lieu, pour le public, à une déambulation reliant les différents logements où l’artiste y interprète le portrait des hébergeur·euse·s. Ce parcours a été décliné dans neuf villes en France et en Europe et a eu lieu en 2017 à Orléans.

 

UNE VERSION SPÉCIALE POUR ORLÉANS

 

En 2022 à Orléans, le Festival des Portraits fantômes est pensé comme
une forme étendue au sens large. Le principe des Portraits fantômes
est proposé à cinq autres artistes afin qu’il·elle·s l’éprouvent et s’en emparent de la manière qu’il·elle·s le souhaitent.
Sont invité·es pour leur créativité, leur exigence et leur folie Nadia Beugré, Gaëlle Bourges, le duo Jonathan Drillet & Marlène Saldana, Michel Schweizer. Gaëlle Bourges est accompagnée par Stéphane Monteiro a.k.a XtroniK, musicien, performeur et ingénieur du son. Chaque logement sera ainsi investi par un·e artiste différent·e.
Si, dans sa version originale, les spectateur·ice·s déambulaient dans les
rues pour passer d’une habitation à l’autre, il·elle·s seront cette fois-ci amené·e·s à emprunter le tram au départ des quartiers Madeleine ou de l'Argonne pour aller ensuite à Blossières et découvrir ces créations in situ dans le salon d’un appartement ou le jardin d’une maison.

 

Festival des Portraits fantômes
Festival des Portraits fantômes