Budget de la mairie d’Orléans

Le premier exercice de cette nouvelle mandature s’inscrit dans un contexte inédit de crise sanitaire dont les effets vont se prolonger en 2021. Orléans engage donc un budget solide et solidaire en faveur des habitants et des acteurs du territoire.

« Un budget de lutte contre la crise », c’est le cap de l’exercice engagé par la ville d’Orléans, en 2021. Comme l’a rappelé en préambule, Michel Martin, maire-adjoint chargé des Finances, lors des deux séances de conseil municipal dédiées aux orientations budgétaires puis au vote du budget, « la construction du premier budget du mandat qui s’ouvre se fait dans un contexte inédit de crise sanitaire dont les effets, importants en 2020, continueront de se faire sentir en 2021. »

Ainsi les actions fortes, engagées ces derniers mois pour soutenir les commerçants, les acteurs du domaine culturel, les associations sportives , sont appelées à être confortées, pour aider les habitants et les acteurs du territoire. En commençant par le secteur social qui va bénéficier de 200 000 euros supplémentaires versés au CCAS et 100 000 euros pour les associations caritatives. « L’ambition est forte sur les aides, souligne Serge Grouard, maire d’Orléans, il faudra être assez ouvert, souple et réactif. Des dispositifs pourront être décidés en cours d’année car nous ne sommes pas au bout des difficultés. Nous allons nous ajuster, nous adapter et faire tout notre possible pour ne laisser personne au bord de la route. »

Autre levier permettant de soutenir l’économie locale, et donc l’emploi, le niveau d’investissement atteint les 42 millions d’euros en 2021, auxquels il convient d’ajouter les 10 millions d’euros réalisés par Orléans Métropole au titre des compétences transférées.

L’invariant réside dans la stratégie financière, focalisée sur trois fondamentaux :

  • la stabilité fiscale (inchangée depuis 1996),
  • la gestion rigoureuse à travers la maitrise des dépenses de fonctionnement et une dette contenue, autour de 90 millions d’euros fin 2020 (879 euros/habitant pour Orléans contre 1 093 euros/habitant dans les villes de même strate),
  • la préservation de la capacité de financement (11.8 millions d’euros visés en 2021).

Priorité à la santé, la sécurité et l’environnement

En détails, le budget d’Orléans en 2021 a été construit autour de 3 priorités : la santé, la sécurité, et le développement durable qui innerve tous les projets. Orléans « territoire à énergie positive pour la croissance verte » sera au rendez-vous des Assises de la transition écologique (lancement prévu en janvier prochain, sur tout le territoire métropolitain) et entend, à travers son programme d’actions et de projets, participer à la mise en  œuvre du Plan climat air énergie territorial d’Orléans Métropole.

L’éducation se place toujours en tête : 31.4 millions d’euros prévus en 2021 pour réaliser un programme d’investissement conséquent tel que la rénovation thermique de l’école Cadou (1.1 millions d’euros), des réparations et des travaux d’accessibilité (800 000 euros), l’achat de matériels scolaires et informatiques pour continuer de doter les classes (355 000 euros), la rénovation de l’école Pensée (345 000 euros) et de la maternelle des Guernazelles (120 000 euros), ou encore l’aménagement des cours d’écoles (250 000 euros).

Le secteur culturel et événementiel, durement frappé par la crise sanitaire, bénéficie d’une enveloppe globale de 28.1 millions d’euros. Un soutien de 250 000 euros est d’ores et déjà prévu pour répondre à l’urgence. Il doit permettre de soutenir l’emploi dans le domaine artistique et les projets proposés sur le territoire. En plus des subventions aux structures culturelles, des investissements sont prévus pour finaliser et accompagner la réouverture imminente du Muséum d’Orléans pour la biodiversité et l’environnement (MOBE), renouveler le parc d’instruments du Conservatoire ou encore installer la fibre optique au 108. Enfin, 2021 s’annonce riche en événements (si les conditions sanitaires le permettent), avec la 10e édition du Festival de Loire, du 22 au 26 septembre.

Pour mener les projets liés à la jeunesse et à l’animation urbaine, la Ville prévoit 4.3 millions d’euros fléchés notamment vers les associations spécialisées comme l’Aselqo dont la subvention atteint 2.57 millions d’euros. L’investissement du côté des sports est conséquent : 10.8 millions d’euros, avec au programme : le gymnase nord-est (4.7 millions d’euros), la finalisation du centre aqualudique L’O (3.8 millions d’euros) ou encore l’entretien des gymnases, stades, piscines, pour 1 million d’euros. Le soutien aux clubs et aux associations se traduit par une enveloppe de 2.42 millions d’euros.

En cette période de crise, Orléans est particulièrement attentive au secteur social. Le budget 2021 en faveur de la « famille et des solidarités » est de 23 millions d’euros avec un effort supplémentaire porté au budget du CCAS (8.5 millions d’euros) et dans les subventions aux associations caritatives. Une subvention d’équipement de 100 000 euros est, par ailleurs, prévue pour le Relais orléanais afin de contribuer à la réhabilitation des locaux et lui permettre d’accueillir les personnes en grande difficulté dans de meilleures conditions.

En matière de santé, la stratégie de la Ville est d’agir pour l’attractivité médicale à travers la mise en œuvre de la plateforme alternative d’innovation en santé (PAIS) et les études lancées pour la création d’un centre de santé municipal. Il s’agira également d’accompagner l’ouverture en début d’année de la 4e maison de santé pluridisciplinaire, sur le site Porte Madeleine, et la nouvelle organisation de la MSP Simone-Veil, à La Source.

Un effort important est consenti à la tranquillité publique et aux dispositifs de prévention avec un budget global de 7.6 millions d’euros dont un volet concerne le renouvellement du dispositif de vidéo-protection. Autre axe important : la participation citoyenne, dynamisée par le nouveau dispositif « Orléans Proximité » et par des outils comme le budget participatif qui favorise la co-construction. 800 000 euros sont ainsi prévus pour financer les aménagements de proximité dans les quartiers. Enfin, la Ville entend poursuivre l’aide aux commerçants, à travers des actions de promotion mais aussi des travaux d’entretien et d’aménagement afin de favoriser le développement de commerce de proximité dont la crise sanitaire a rappelé l’utilité.

201 M€ de dépenses réelles tous budgets confondus

178,9 M€ consacrés aux projets et actions

Un effort d’investissement qui reste soutenu

Les principaux investissements par quartier